Hautes-Pyrénées...Monts et Merveilles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hautes-Pyrénées...Monts et Merveilles !

Message par Kationok le Ven 9 Juin - 17:34




Hautes-Pyrénées, entre monts et merveilles







Sur le site des Pyrénées-Mont Perdu, inscrit par l'Unesco au Patrimoine mondial de l'humanité, le fascinant cirque de Troumouse invite à une virée bucolique






EN IMAGES - Majestueux trait d'union entre notre beau pays et l'Espagne, les Pyrénées invitent à flirter avec les frontières. Pour goûter aux joies de la montagne en été en mêlant nature, tourisme et bien-être, un road trip s'impose, huit jours durant, entre grands sites et petits bijoux.

Une virée espagnole sur les traces de saint Jacques ou une cure dans les eaux bienfaisantes de Balnéa? Une randonnée autour du cirque de Gavarnie ou une nuit au pic du Midi?






Situé sur l'autre versant du cirque de Gavarnie, le Grand Canyon d'Ordesa, communément appelé " le Colorado pyrénéen ", est un lieu unique en Europe.








L'urbanisme médiéval de la vieille ville d'Ainsa avec ses façades ocres, les remparts, la tour carrée, l'église romane Santa-Maria, nous remémore des épopées oubliées.  On peut l'observer ici avec la plaza Mayor.







" Le Pic du Midi " ( 2877 m ) accueille une Réserve internationale de ciel étoilé.  On peut ainsi y observer un splendide lever de soleil, chassant le " ballet d'astres ", de planètes, de météorites et d'étoiles filantes.








Et si, pour une fois, on ne choisissait pas? Il est loin le temps où, pour organiser ses vacances, il fallait opter pour un pays, trancher entre des vacances sportives ou culturelles, adopter la formule «sac à dos» ou «bien-être». Avec les frontières, les esprits se sont ouverts et les exigences des voyageurs ont pris de l'ampleur. Ce phénomène, les professionnels du tourisme l'ont bien compris. Et, si le département des Hautes-Pyrénées et la province de Huesca, les deux versants du massif montagneux, entretiennent depuis longtemps d'étroites relations, une équipe de choc de Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement a voulu aller plus loin en rassemblant ses coups de cœur autour de parcours personnalisés inédits. Elle a créé La Boutique des Hautes-Pyrénées, une structure commerciale unique en France qui propose des vacances sur mesure avec des projets adaptables à tous les budgets et toutes les envies.




«Loin d'être des barrières entre les hommes, nos montagnes ont été, tout au long de l'histoire, des lieux d'échanges privilégiés et le point de passage de gens du coin, de bergers et de pèlerins»
Guide faisant parti de l'équipe de Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement



Rendez-vous est pris pour tester la formule. Après soixante-quinze minutes de vol depuis Paris, nos guides nous attendent à l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées. Bien décidés à nous faire partager les joies de la montagne en été, ils s'expliquent sur la genèse de ce projet transpyrénéen: «Des siècles durant, les vallées des versants sud et nord des Pyrénées n'ont eu de cesse de préserver leur unité. Loin d'être des barrières entre les hommes, nos montagnes ont été, tout au long de l'histoire, des lieux d'échanges privilégiés et le point de passage de gens du coin, de bergers et de pèlerins en transit entre les actuels versants français et espagnols.»

Pour gagner un sentiment de liberté et relier les points d'intérêt, la voiture s'impose. On opte pour une vieille décapotable, dont l'aspect romantique se prête volontiers à la virée. A bord de la Jaguar Cabriolet V12 bleu et blanc de Michel, le président de l'Amicale Tarbes auto rétro, on embarque en direction de l'Espagne via le col du Pourtalet.
















[size=16]Parmi les secrets cachés de la région, la Gourgue d'Asgue, une forêt enchanteresse surnommée " la petite Amazonie des Pyrénées ".
[/size]







Pour atteindre la première des dix merveilles recensées dans le «best of des Pyrénées», il faut sillonner la vallée de Tena jusqu'à Jaca. L'occasion de suivre les pas des pèlerins lancés dans la dernière ligne droite de Compostelle, de passer le col d'Oroel et Bernués et d'admirer les vues imprenables qu'offrent les belvédères sur l'Aragon. Ce panorama fait figure de joli prélude à une incroyable découverte, celle du monastère de San Juan de la Peña. Bâti à 1200 mètres d'altitude dans une roche rougeoyante, ce chef-d'œuvre de l'art roman doté d'une architecture en partie troglodytique ne ressemble à aucun autre. C'est pourquoi il marque une étape obligatoire pour les marcheurs en quête de spiritualité. A l'ombre des chapiteaux sculptés, on se laisserait volontiers aller, comme eux, à une petite sieste, mais le voyage ne fait que commencer, et l'Espagne abrite aussi quelques beautés naturelles attirantes.




























Doté en partie d'une architecture troglodytique, le monastère de San-Juan de la Pena est un chef-d'oeuvre de l'art roman. Planté sur le versant espagnol des Pyrénées, il marque un passage obligé pour les Pélerins de Compostelle.













L'église peinte de Saint-Barthélémy de Mont, est dotée d'une curiosité.  Ses fresques extérieures représentent le diable. Ces oeuvres sont des cadeaux que les bénéficiaires de juteux échanges commerciaux ont fait à Dieu pour le remercier de leurs bonnes affaires.








Un bain au milieu des vertigineux sommets





A une soixantaine de kilomètres de là, le grand canyon d'Ordesa, communément appelé le «Colorado pyrénéen», en est une. Avec ses murailles dantesques, ses falaises vertigineuses et ses cascades étincelantes, ce lieu unique en Europe est une ode à la démesure. Le fond de la vallée invite à une balade d'une étonnante originalité. Ici, les éclaboussures font office de brumisateurs et les fajas, sortes de balcons rocheux, remplacent les tables d'orientation pour apprécier la vue panoramique. La tentation nous prend soudain de rejoindre Ainsa, la capitale du royaume de Sobrarbe, pour revivre un instant la Reconquista. Car c'est ici, entre montagnes et plaines, que musulmans et chrétiens s'affrontèrent en 724 pour gagner le territoire. Sur la plaza Mayor, entre les façades ocre, les remparts, la tour carrée et l'église romane Santa Maria, on prend d'ailleurs un malin plaisir à se remémorer ces épopées oubliées en sirotant un café.

La chaleur de l'été oblige pourtant à lever le camp pour aller retrouver la fraîcheur d'une nouvelle cascade. Afin de dénicher le canyon d'Añisclo, plus sauvage que celui d'Ordesa, il faut emprunter une route étroite et sinueuse puis s'enfoncer dans un chaos de roche et de verdure le long des eaux vertes et turquoise du río Vellos. On ne résiste pas au plaisir de piquer une tête dans l'un des bassins naturels couleur émeraude.




[center]
Communément appelé le «Colorado pyrénéen», le grand canyon d'Ordesa est une ode à la démesure. Ses falaises vertigineuses et ses cascades étincelantes en font un site d'exception. 






Composée d'un ensemble de 70 lacs bordés de sommets granitiques, la réserve naturelle du Néouvielle offre la possibilité de jouir de l'aspect sauvage de la région.













[left]
A cet instant précis, on ne sait pas encore qu'une palette entière de bleus et de verts nous attend de l'autre côté de la frontière. Pour la découvrir, il faut rouler vers le nord et franchir le tunnel de Bielsa-Aragnouet. Une fois en France, on se dirige vers Saint-Lary, station prisée par les skieurs en hiver. A l'heure d'été, c'est la réserve naturelle du Néouvielle qui attire les randonneurs. Cet ensemble de 70 lacs bordés de sommets granitiques aiguisés leur offre la possibilité de crapahuter sur les 2300 hectares étagés de 1800 à 3000 mètres et de jouir de l'aspect sauvage de la région. Ici, la nature s'octroie d'ailleurs tous les droits: les pins à crochets s'autorisent à pousser jusqu'à 2600 mètres et l'euprocte des Pyrénées (un gros triton contemporain des dinosaures) se reproduit encore dans ce jardin bucolique et bioclimatique.



C'est non loin d'ici, dans la vallée d'Aure, que Jean-Michel Coustalat veille amoureusement sur ses porcs noirs de Bigorre. Car si la région jouit d'une nature luxuriante, nombre de ses habitants ont hérité d'un don pour la gastronomie. Eleveur et conserveur, cet Occitan en fait partie. Sous le regard curieux de ses protégés, il s'explique sur son activité: «Le porc noir, c'est d'abord un animal: le porc gascon ; puis une zone géographique: les Hautes-Pyrénées jusqu'à 1 000 mètres d'altitude, le Gers jusqu'au départ des vignes ou la Haute-Garonne ; et le savoir-faire, bien sûr.» Un savoir-faire retrouvédans le goût exquis de ses produits, que l'on s'empresse de déguster à sa jolie table, ouverte en saison.



Après un tel festin, rien de mieux, pour alléger le corps, que de rejoindre Balnéa, le premier centre de balnéothérapie des Pyrénées françaises. Car la richesse des lieux est aussi souterraine! Situé au bord du lac de Génos-Loudenvielle, Balnéa capte une eau naturellement chaude (entre 30 et 33°C) riche en oligoéléments. Quatre bains conjuguent différemment la sensation qu'elle procure: dehors, les bains amérindiens (dotés de geysers, de lits à bulles et de cascades) et les bains incas permettent une baignade en plein air au milieu des sommets. A l'intérieur, les bains romains et japonais qui, suivant la tradition zen, relaxent merveilleusement.











[center]


Les dimensions du cirque de Troumouse ( Plus de 4 km de diamètre ) en font l'un des plus grands d'Europe.















Situé au bord du lac de Génos-Loudenvielle, Balnéa est le premier centre de balnéo des Pyrénées françaises.  Il dispose de 4 bains qui captent une eau naturellement chaude et riche en oligoéléments.














[left]Après cette cure express et une bonne nuit de sommeil, on se sent presque capable de se lancer dans une étape du Tour de France. Mais avant de rejoindre le célèbre col du Tourmalet, une halte s'impose dans deux étonnantes petites églises romanes de la vallée du Louron. Saint-Berthélemy de Mont, d'abord, dont la curiosité se trouve dans ses fresques extérieures, notamment celle qui représente le diable. Ces œuvres sont des cadeaux que les bénéficiaires de juteux échanges commerciaux ont fait à Dieu pour le remercier de leurs bonnes affaires. L'église Saint-Mercurial de Vielle-Louron, ensuite, qui a la particularité de conserver des reliques d'un chevalier aragonais mort ici en combattant les Sarrasins au XIe siècle.


Même portée par la grâce, l'ascension vers le fameux col qui a vu passer tous les rois de “la petite reine” depuis 1910 se révèle bien (plus) agréable en voiture. Mais les cyclistes trouveront un bonheur particulier à s'attaquer à ce mythique passage ou à franchir les cols de Peyresourde, d'Aspin ou du Soulor, autres étapes fréquentes de la compétition.


A défaut de pédaler, on optera pour la marche en rejoignant le lendemain les environs de Cauterets où se dresse fièrement l'imposant Pont d'Espagne. Comme les muletiers qui l'empruntaient jadis en direction du pays voisin, on avance au milieu des fougères et des fleurs sauvages qui jonchent le sol du site le plus visité des Pyrénées. Il faut dire qu'au son d'une cascade tumultueuse, la traversée est revigorante. Cauterets, dont dépend cette curiosité, séduit, elle, par son architecture Belle Epoque. Avec ses cariatides, ses hôtels particuliers, sa galerie créée par Baltard pour l'Exposition universelle de 1900 et sa gare en bois «façon saloon» classée monument historique, cette petite ville nichée dans la vallée se démarque par ses couleurs vives. Le chalet Galitzine, une isba bleue de 1840, est sans doute le logement le plus surprenant. Mais la douce atmosphère qui y règne est aussi empreinte des fantômes de ses illustres visiteurs: la reine Marguerite, le duc de Richelieu, puis Chateaubriand, Hugo, Baudelaire, Flaubert… friands des sources et des sentiers voisins.







[center]


La jolie petite commune d'Arrens-Marsous est nichée au pied de verdoyants sommets.
















Au Parc animalier des Pyrénées, le refuge est une cabane chic qui permet de dormir dans l'enclos des ours
















Avec ses 5 kilomètres de diamètre, le cirque de Gavarnie impose l'humilité.


















Eric Martin...













[left]

Un voyage céleste










De la littérature à la science, il n'y a qu'un dénivelé. Après avoir tenté de découvrir Cauterets au fil des lettres des grands auteurs, on se prend soudain pour Galilée, Newton ou Copernic dans le téléphérique qui nous mène au pic du Midi de Bigorre. Comme un astronome en mission, le corps privé de 30% d'oxygène, on s'est délesté du superflu pour emporter à 2877 mètres d'altitude un simple bagage. De toute façon, depuis qu'elle a été ouverte au public (en 2000), cette Réserve internationale de ciel étoilé dispose de tout ce dont ont besoin les visiteurs avides de vivre comme des chercheurs ou techniciens de l'espace. Dans chaque chambre-cabine - où une large vitre permet de se sentir au milieu des sommets ou des nuages -, un lavabo et une couchette assurent le confort. Mais la nuit, ici, n'invite pas vraiment à dormir tant les puissants télescopes abrités dans les coupoles appellent à veiller pour admirer les étoiles. Après une visite du musée, qui retrace plus de 140 ans d'activité scientifique, et un dîner savoureux servi dans le restaurant de la station, le spectacle du coucher de soleil s'ouvre sur la terrasse qui donne sur toute la chaîne des Pyrénées, de la Catalogne au Pays basque. Un guide joue ensuite les maîtres de cérémonie pour orienter les yeux vers le ballet d'astres, de planètes, de météorites ou d'étoiles filantes qui se joue dans le décor d'une étonnante voie lactée. Après quelques heures de sommeil, au lever du soleil, l'admiration se lit sur les visages groggy. En redescendant vers La Mongie, chacun se sent privilégié d'avoir pris suffisamment de hauteur pour se mettre la tête dans les étoiles. De toutes les expériences sensorielles ou intellectuelles vécues dans les Hautes-Pyrénées, celle-ci sera la plus inoubliable.


Le cœur réjoui et le corps encore «en apesanteur», on se lance à la conquête du cirque de Gavarnie, «l'édifice le plus mystérieux du plus mystérieux des architectes ; le Colosseum de la nature», selon Victor Hugo. En effet, ce cirque naturel né il y 50 millions d'années d'érosions pluviales et glacières, inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, a l'air d'une invention posée au milieu des Pyrénées. Devant ce trésor doté de 5 kilomètres de diamètre, de murailles verticales de 1500 mètres de haut et de centaines de cascades, l'humilité s'impose.







[center]

Perché à 2877 mètres d'altitude, l'observatoire du Pic du Midi de Bigorre accueille, depuis 2000, les touristes en quête d'émotions fortes.



















Une escapade spirituelle







Un sentiment idéal pour aborder la dernière étape du voyage: Lourdes, une ville hors du temps où, faisant fi d'un merchandising oppressant, on se laisse peu à peu gagner par l'émotion. La marche qui s'organise chaque soir derrière la statue de Notre-Dame de Lourdes, forme une foule mixte, unie dans la prière. Elle va de la grotte où, en 1858, Bernadette vit apparaître la Vierge Marie jusqu'à l'esplanade de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire, l'une des trois qui ornent le sanctuaire. A ses côtés, la svelte et blanche basilique de l'Immaculée-Conception et la basilique souterraine Saint-Pie-X, qui peut accueillir jusqu'à 20 000 personnes. Les veillées au flambeau, qui rassemblent des pèlerins du monde entier, assurent un moment de recueillement saisissant, capable d'emporter les cœurs les plus sceptiques. C'est sur cette note spirituelle que le voyage s'achève. Et sur cette évidence: en été aussi, Dieu que la montagne est belle!














[size=16]Lourdes est une ville hors du temps. Chaque soir s'y organise une " marche " rassemblant une foule mixte et unie dans la prière, derrière Notre-Dame de Lourdes.
[/size]

















[size=16]Niché sur les bords de la rivière Ara, en Espagne, l'hôtel Barcelo Monasterio de Boltana même au charme suranné d'un bâtiment religieux du XVIIème, le confort et le luxe d'un 5 étoiles.
[/size]

















Si vous êtes intéréssés, voilà le site du Figaro indiquant toutes possibilités pour s'y rendre, les boutiques, les circuits, les bonnes tables, où bien se loger...etc.http://premium.lefigaro.fr/voyages/2017/05/19/30003-20170519ARTFIG00121-hautes-pyrenees-entre-monts-et-merveilles.php )













































[/center]

[/left]

[/center]


[/left]

[/center]


[/left]



[/center]
avatar
Kationok
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Messages : 10665

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hautes-Pyrénées...Monts et Merveilles !

Message par Hanna le Jeu 15 Juin - 10:26

OUF! quel voyage. Cela donne bien envie d'aller voir tout ça. Que de variétés, y en a pour tous les goûts. En tout cas merci pour ce post, je sais le boulot que cela représente, tu nous a vraiment gâté, encore merci Katio
avatar
Hanna
Passionné
Passionné

Messages : 127

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hautes-Pyrénées...Monts et Merveilles !

Message par Néma. le Jeu 15 Juin - 16:43

Merci Kat pour ce post que je n'ai pas vu sur le moment.....

J'y reviendrai Car certaines photos ne s'affichent pas par manque de connexion...
avatar
Néma.
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Messages : 5094

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hautes-Pyrénées...Monts et Merveilles !

Message par Kationok le Lun 19 Juin - 15:58

Bonjour les aminautes,
et merci pour votre visite et vos appréciations; c'est très gentil !
Bon après-midi ( plutôt caniculaire, ici...), et gros bisous.
avatar
Kationok
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Messages : 10665

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum